Pourquoi investir dans l'immobilier en France ?

La France dispose d'un patrimoine immobilier de qualité : des immeubles haussmanniens à Paris mais aussi des châteaux classés aux monuments historiques, des propriétés somptueuses sur la Côte d'Azur.

L'achat par l'intermédiaire d'une société civile immobilière (S.C.I.), société de droit français qui peut être constituée par des non résidents, permet d'échapper à la taxe annuelle de 3 % sur la valeur vénale du bien immobilier prévue pour les sociétés étrangères dont le siège est dans un territoire comme Hong Kong ou Macau, hors du champ d'application de la convention fiscale franco chinoise signée le 30 mai 1984.

Apparemment, la France a reculé dans le classement de l'Indice global de la compétitivité établi par les experts du Forum économique mondial de Davos (The Global Competitiveness Report 2013-2014) : 18e en 2011, elle est 23ème sur 148 pays. Mais ce recul s'explique d'abord par l'amélioration des résultats d'autres pays : l'indice pour la France ne varie pas (5,1 sur une échelle de 1 à 7).

Toutefois, selon le rapport, la France « conserve des atouts considérables ». Comme l'indique le rapport, « France retains a number of clear competitive advantages, including the country's infrastructure, which is among the best in the world (4th), with outstanding transport links, energy infrastructure, and communications".

 

Pourquoi acquérir une entreprise en France ?

La France a une main d'œuvre qualifiée et performante. Elle occupe :

• le 1er rang en Europe pour l'industrie aéronautique, l'aérospatial et le nucléaire ;

• la 2ème place en Europe pour l'industrie agroalimentaire et l'industrie chimique ;

•la 3ème place en Europe pour les secteurs des technologies de l'information et de la communication (TIC) et du médicament.

 

Pourquoi acquérir une entreprise de luxe en France ?

La France a une renommée mondiale en matière de luxe. Le secteur du luxe est défini par plusieurs critères : la visibilité de la marque ou de la « maison » (nom des entreprises du luxe), l'ancienneté et la qualité du savoir-faire des artisans français et l'aboutissement (la performance,).

Le luxe, deuxième secteur économique en France, au départ réservé à une élite fortunée, est devenu accessible à une clientèle plus large et connaît une forte croissance dans les pays asiatiques, la Chine en particulier.

Acquérir une entreprise du secteur de l'industrie du luxe en France, c'est pouvoir faire valoir la tradition de savoirs-faire de plusieurs siècles, quel que soit le secteur : cosmétiques, maroquinerie, parfumerie, vêtements…mais aussi haute fidélité et les vins et chocolats.

Le « made in France » en matière d'articles de luxe est un gage de qualité.

 

Pourquoi acquérir un vignoble en France ?

L'investissement est à la fois motivé par un souci d'image commerciale et la volonté de faire un investissement pérenne.

En premier lieu, acheter un vignoble constitue « un moyen de sécuriser la filière de production », en pouvant garantir au consommateur final en Chine l'origine et l'authenticité du vin.

En deuxième lieu, acquérir des terres prestigieuses en France (dans le Bordelais mais aussi en Bourgogne et bientôt en Champagne) constitue un moyen d'acquérir des compétences et un savoir-faire de renom mondial.

Enfin, acheter une parcelle de terrain d'un cru classé représente un investissement porteur de plus-value car les domaines sont étroitement délimités alors que la demande de vins français ne cesse de croître.

 

La France est une terre d'innovation encouragée par les pouvoirs publics

La France a deux atouts majeurs en matière de Recherche et Développement (R et D) : la qualité des chercheurs et un environnement fiscal très favorable à la recherche.

La qualité des chercheurs

La qualité des chercheurs et le dynamisme de la recherche française se reflètent dans le dépôt des brevets. La France se classe au 2ème rang européen et au 4ème rang mondial pour les dépôts de brevets avec 7 664 brevets internationaux en 2011.

Le partenariat avec les universités françaises

Les universités françaises peuvent nouer des partenariats avec les entreprises et créer des filiales commerciales pour gérer des portefeuilles de brevets ;

• création de 8 « initiatives d'excellence » pour constituer des pôles d'enseignement supérieur et de recherche pluridisciplinaires de rang mondial ;

• création de « Sociétés d'accélération de transferts de technologies » pour soutenir des laboratoires de recherche et faciliter la maturation des projets de la découverte à l'application ;

• mise en place de 23 « Pôles de recherche et d'enseignement supérieur» regroupant près de 60 universités, des centres hospitaliers, des établissements d'enseignement supérieur et des établissements de recherche ;

Le « crédit impôt recherche », une incitation fiscale unique en Europe

• un crédit d'impôt de 30% des dépenses de R&D jusqu'à 100 M€, et de 5 % au-delà de ce montant ; les taux sont de 40%, puis 35% les deux premières années ;

• un encouragement fiscal à la collaboration avec les entités publiques, puisque les dépenses sous-traitées à des organismes publics sont prises en compte à hauteur de 200%,ce qui revient à doubler le crédit d'impôt ; en fait, les dépenses ainsi sous-traitées [à des organismes publics] sont comptabilisées pour deux fois leur montant mais dans la limite d'un plafonnement à 12 M€.

• Un avantage fiscal substantiel pour les entreprises : 5 Mds€ en 2010 ont été répartis entre 17 700 entreprises,dont 2 000 entreprises étrangères implantées en France, au titre du crédit d'impôt recherche.

D'ailleurs, il y a 3 entreprises françaises parmi les 30 premières entreprises innovantes dans le monde : Pernod Ricard, Danone, Essilor (1er rang européen), et 6 parmi les 100 premières, ce qui place la France au 2ème rang mondial,derrière le Royaume-Uni) (source : classement Forbes 2012 des 100 entreprises les plus innovantes).

Les « pôles de compétitivité »

71 pôles de compétitivité, où entreprises, laboratoires de recherche et universités conduisent des projets dans des domaines aussi divers que la valorisation des ressources marines, les nouveaux matériaux, les maladies orphelines, les communications sécurisées, par exemple ;

plus de 5 700 projets collaboratifs de R&D développés depuis 2005 ; 77 nouveaux projets de R&D impliquant 55 pôles de compétitivité retenus en juillet 2012 pour des financements publics ; près de 600 entreprises étrangères implantées en France sont membres des pôles ;

2,7 Mds€ accordés par l'Etat et par les collectivités territoriales depuis 2008, auxquels s'ajoute l'effort de R&D des partenaires des projets, de l'ordre de 3 Mds€

Pour avoir une place significative sur le marché français, il est nécessaire a minima d'ouvrir un bureau à Paris.

 

Compétivité de la France 2013

Ainsi la France est le 4ème pays au monde pour la qualité de ses infrastructures.

Ce que l'on sait moins, c'est que la France est classée :

17ème pour la « maturité technologique » (technological readiness)

19ème pour l'innovation

21ème pour la « culture d'affaires » (business culture)

24ème pour la santé, le niveau de l'école primaire et de l'enseignement supérieur.

Malheureusement, ces excellents résultats sont partiellement « plombés », notamment par la perception qu'ont les chefs d'entreprise du système fiscal (127ème), de la flexibilité du marché du travail (116ème).

Il y a donc tout lieu de défendre les atouts de la France pour attirer les investisseurs internationaux, notamment chinois !

Selon le rapport annuel 2014 sur l'investissement étranger en France et le développement international de l'économie française, la France continue d'attirer les investissements étrangers dans des activités à forte valeur ajoutée, en particulier les produits manufacturés et la recherche : les sociétés étrangères ont investi à hauteur de 30 % de l'ensemble des investissements directs en France dans les activités de production et les investissements étrangers en projets de recherche et développement (R et D), incluant les activités de design, ont représenté 9 % des investissements.

D'un côté, pour citer L'Ambassadrice de France aux Investissements internationaux, Mme Muriel PENICAUD, dans un environnement concurrentiel global, "la France est un territoire ouvert, dynamique et innovant pour faire des affaires". Pourquoi ? Parce que la France a fait la preuve qu'elle dispose d'un certain nombre d'atouts fondamentaux : une population active très qualifiée et fortement productive, un réseau performant d'infrastructures au cœur de l'Union européenne et une économie à la pointe de l'innovation dans certains secteurs clés.

D'un autre côté, la France est aussi internationalement renommée pour ses savoir-faire artisanaux utilisés par les marques du luxe et son art de vivre qualifié de « romantique » par les Chinois.

Des sociétés globales comme General Electric, Huawei, Microsoft, Siemens ou Sony ont déjà choisi la France comme un emplacement d'affaires de long terme où ces sociétés peuvent générer des richesses et conquérir de nouveaux marchés, en particulier les pays d'Afrique francophone.